top of page
  • Marketing

La construction durable : tendance éphémère ou évolution nécessaire ?

Dernière mise à jour : 7 déc. 2022

La durabilité dans le domaine de l’habitat nous concerne tous. Et ce thème s’est également imposé dans le secteur de la construction. Celui-ci compte de fait parmi ceux qui requièrent le plus de ressources. Par voie de conséquence, il possède un fort impact négatif sur l’environnement et contribue malheureusement grandement à sa pollution. Construire durablement signifie donc non seulement prendre en considération les besoins énergétiques d’un bâtiment, mais également de nombreux autres aspects, et ceci dès la phase de planification de la construction.


Selon Wikipedia, le terme « construction durable » décrit un processus de planification et de construction, ainsi qu’un mode d’habitation visant à garantir la durabilité d’un bâtiment. Cela signifie concrètement la préservation de l’écosystème et de l’environnement, des bénéfices pour les humains et la société, mais aussi l’optimisation et l’augmentation des potentiels économiques d’un bâtiment.


La hausse des prix de l’énergie, les évolutions de la législation relative aux constructions et la prise de conscience croissante de la population suisse contribuent à ce que les normes de construction visant à réduire massivement la consommation énergétique occupent une place toujours plus importante. Un autre indicateur clé confirme cette tendance : entre 1975 et 2015, les besoins en chaleur liés au chauffage et à l’eau chaude d’un habitat nouvellement construit ont chuté d’environ 75 %. Cette baisse des besoins énergétiques des nouvelles constructions met à présent en lumière certains autres effets que la construction peut avoir sur l’environnement.



La construction durable : tendance éphémère ou évolution nécessaire ?

L’énergie grise des matériaux de construction


L’ « énergie grise » correspond à la quantité d’énergie nécessaire pour la production, le transport, le stockage, la vente et l’élimination d’un produit ou bien d’un bâtiment. Elle représente donc la totalité de l’énergie utilisée pour un bâtiment pour sa construction et la production et le transport de ses matériaux. Des fondations jusqu’aux tuiles du toit, chaque élément de la construction nécessite une certaine quantité d’énergie pour sa production et son transport. Certains nécessitent le recours à des ressources non renouvelables, comme le pétrole et les terres rares, tandis que d’autres au contraire sont produits à partir de ressources renouvelables telles que le bois et autres végétaux.

Un choix conscient des matériaux de construction permet indéniablement d’améliorer la durabilité des bâtiments.


L’extension progressive de la superficie dédiée à l’habitat, au travail et aux loisirs est également prise en considération car elle possède un impact sur la structure résidentielle, la mobilité et les besoins en matières premières.


Ceci signifie concrètement que même pour une nouvelle construction présentant une faible consommation d’énergie, chaque mètre carré habitable génère entre 40 et 50 kilowattheures d’énergie grise par an. Ce qui est supérieur à la consommation moyenne générée par le chauffage et l’eau chaude sur une période comparable.



Quelles mesures prendre pour une véritable écoconstruction ?


Il convient ici de se laisser inspirer par le Standard Construction durable Suisse (SNBS). Celui-ci a été établi par le Réseau Construction durable Suisse (NNBS), une association composée d’entreprises, d’organisations interprofessionnelles, d’instituts de recherche, de cantons, de communes et d’offices publics et est conçu comme un guide pour les maîtres d’ouvrage et les investisseurs.


Ce standard permet d’évaluer des constructions en fonction de 44 critères. Des aspects tels que la disponibilité des ressources, l’énergie grise, la construction et l’applicabilité jouent ici un rôle important, tout comme, lorsque des préoccupations urbanistiques sont en jeu, des facteurs tels que l’accessibilité, les chaînes régionales de création de valeur, la flore et la faune, le concept de mobilité et différents aspects sociaux. Seule une analyse fondée sur de multiples aspects peut permettre d’obtenir une évaluation réaliste de la durabilité d’une construction. Certains critères peuvent de plus être en concurrence ou même s’avérer contradictoires. À titre d’exemple, si l’on opte pour une enveloppe de bâtiment épaisse, cela requiert une plus grande quantité de matériaux, ce qui par voie de conséquence va provoquer une augmentation de l’énergie grise, mais ainsi, le bâtiment offrira une meilleure isolation thermique. L’écoconstruction constitue donc un thème complexe.


Le SNBS définit pour les trois domaines suivants, la société, l’économie et l’environnement, les critères pour qu’un bâtiment soit considéré comme durable.


Un bâtiment est considéré comme durable lorsque...

Société

Économie

Environnement

LE CONTEXTE ET L’ARCHITECTURE

… il s’intègre dans le contexte urbain et prend en compte son environnement.

LES COÛTS

… les coûts sont pris en compte et optimisés pour toute sa « durée de vie ».

L’ÉNERGIE

… il réduit au maximum la consommation d’énergies renouvelables.

LA PLANIFICATION ET LE GROUPE CIBLE

… il tient compte des besoins des groupes cibles.

LA POSSIBILITÉ DE PROCÉDER À DES AMÉLIORATIONS

… la possibilité d’effectuer des modifications est garantie à tout moment.

LE CLIMAT

… il ne génère qu’une quantité minimale d’émissions de gaz à effet de serre.

L’UTILISATION ET L’AMÉNAGEMENT

… il offre des possibilités d’utilisation et d’exploitation adaptées.

LE POTENTIEL DE RENDEMENT

… son potentiel de rendement est adéquatement proportionné aux coûts qu’il génère.

LES RESSOURCES ET LA PRÉSERVATION DE L’ENVIRONNEMENT

… la construction et l’exploitation sont effectuées dans le respect des ressources et de l’environnement.

LE BIEN-ÊTRE ET LA SANTÉ

… il garantit un confort satisfaisant et une excellente qualité de l’air ambiant.

L’ÉCONOMIE

… il contribue positivement à l’économie régionale.

LA NATURE ET LE PAYSAGE

… il n’a aucun impact négatif sur la nature et les paysages.


Depuis 2016, il est possible d’obtenir une certification SNBS. Jusqu’à présent, peu de maîtres d’ouvrage l’ont cependant demandée. Mais sur le long terme, on devrait observer une évolution étant donné qu’un certificat de durabilité augmente la valeur marchande d’un bien.

Vous envisagez une construction durable pour un nouveau bâtiment ? Vous trouverez de plus amples informations sur le site du Réseau Construction durable Suisse (https://www.nnbs.ch/).



Comments


bottom of page